accueil > catalogue > PL son > 004 Didier Lasserre

Didier Lasserre
grosse caisse ancienne, caisse claire, cymbale
 

Enregistré chez Gilbert Mazet et Catherine Martin, Verrières-le-buisson, Essonne, le 27 Février 2008.

Prise de son et mastering : Benjamin Duboc.

Les titres de ce disque sont empruntés à des poèmes de Tristan Tzara.

Didier Lasserre

Les nerfs sont silences PL son 004


 

  

Batteur, percussionniste, et avant tout musicien et poète, Didier Lasserre nous offre un album de percussion solo atypique et sans précédent dans l’histoire de cette discipline instrumentale. Dans la sinueuse lignée de percussionnistes tels que Paul Motian ou Pierre Favre, musiciens du geste, du mouvement, de la danse faite son, Didier Lasserre esquisse sept pièces d’une radicale contemporanéïté où le timbre est roi. L’infiniment grand côtoie ici l’infiniment petit, rappelant en cela la musique de Giacinto Scelsi, faite de timbres, d’espaces sans limites visibles, où le temps s’écoule dans la profondeur. Mais c’est peut-être dans le silence, matière noire de l’univers des sons, que se concentre l’essentielle richesse de cette musique, où chaque son semble émerger de cette nuit et s’avancer dans la lumière, un bref instant, pour y exister un peu, y faire une grimace ou un pas de danse, y délivrer son message avant de s’en retourner dans les coulisses de ce mystérieux théâtre d’ombres sonores.

1 – Les nerfs sont silences
 
2 – D'instants coupés


 
3 – Mon hasard
 
4 – Vers les cascades
 
5 – Vers l'hyperbole
 
6 – Dans le cercle du soir

 
7 – Une verticale descend